La machine à coudes

La machine à coudes

35 Rue nationale, 92100 Boulogne-Billancourt

Nouvelle carte, nouvelle déco, nouveaux mobiliers, nouveau chef mais toujours l’une, si ce n’est LA, meilleure adresse gastronomique de Boulogne ! Voila mon avis suite à ma visite de la Machine à coudes « nouvelle version » si vous voulez vous épargnez de lire l’article en entier ;-).
.
.
Coté salle donc, exit les tables « machine à coudre historiques » , place à des tables en bois brut, à la création de banquettes, et des chaises en velours bien plus confortables que les anciennes. C’est beau, c’est naturel, c’est agréable et on se sent toujours aussi bien dans cette salle qui ne peut accueillir qu’une vingtaine de couverts.
En salle toujours, Marlene, l’hyperactive maitresse des lieux est toujours fidèle au poste, son sourire, ses avis tranchés et précis sur les vins et son service impeccable également !
.
.
De l’autre coté du passe-plat, on découvre un nouveau chef : Giacomo Monzali. Après y avoir connu entre autre Thomas Benady (parti ensuite ouvrir Orties rue Rodier, fermé désormais) et l’ex Top chef Jean Baptiste Ascione (qui a ouvert Petit Gris dans le 17eme), j’étais impatient de découvrir la cuisine de ce jeune chef.
.
.
En ce qui concerne le menu, on reste toujours dans la simplicité : 2 formules au choix pour le soir le 6 plats à 65€ (89€ en mets et vins), le 8 plats a 75€ (107€ en mets et vins), et pour le midi menu 3 plats à 35€ (51€ en mets et vins). A la carte, le verre de vin est à 8€ (pour tous les vins), et les bouteilles vont de 30€ à 51€.
.
.
Le menu change toutes les semaines en fonction des arrivages et des produits de saison. En cette période pré-automnale, après une jolie mise en bouche gourmande de 3 mignardises qui donne le top départ pour retirer les masques, on a pu déguster un céleri rave et châtaigne en entrée, avant le « premier choc » du repas avec ce groin de cochon grillé purée de pommes de terre. Il s’agissait évidemment de ma première fois avec un groin de cochon, et c’est évidemment quelque chose que je n’aurais jamais eu l’idée de commander à la carte. Et pourtant, on s’est régalé, on a découvert quelque chose, et plus que tout, on se souviendra de ce plat, et c’est ce qui me semble le plus important. On a ensuite continué avec un poisson tout juste snacké courge trompettes de la mort avant un second plat choc avec cette patte de pigeon entière morceaux de pigeon choux. Patte de pigeon a manger avec les mains selon les consignes de Marlene !
Coté dessert, la encore des choix osés avec un premier dessert noix vinaigre bière puis un second glace céleri céleri grillé chocolat blanc wasabi. Deux desserts très peu sucré (ce que j’ apprécie) et surprenant par des accords de saveurs inédits, mais qui interpelleront les becs sucrés, c’est certain !
La sélection des vins dans l’accord mets et vins était très bien, avec une alternance entre rouge et blancs, et une mention spéciale pour un vin d’orange pour finir. Encore une fois, un choix osé et qui peut (va faire) parler ;-).
.
.
Alors que retenir de cette nouvelle version de la machine à coudes ? Des choix osés, parfois même clivant, avec des cuissons et des produits qui sortent de l’ordinaire. Une expérience autant dans l’assiette que dans l’accueil que l’on retient et qui nous marque.
A titre totalement personnel, lorsque je vais au restaurant (5 à 6 fois par semaine tout de même), je souhaite vivre une expérience, me créer des souvenirs et découvrir des plats, des associations, des textures, des produits,….. Marlene et son chef sont totalement dans cet objectif la, et j’ai passé une superbe soirée, avec des plats qui sortent clairement de l’ordinaire.
.
.
La question est, est ce que cela peut plaire à tout le monde de déguster du groin de cochon ou une patte de pigeon entière à la main ? La réponse est très certainement non, et c’est tant mieux. Tout le monde n’a pas les mêmes gouts ni les mêmes attentes, ni la même approche de ce que doit être un diner au restaurant.
Néanmoins, la machine à coudes était déjà un établissement unique sur Boulogne, il le reste et s’affirme même encore plus.
Allez y, courez y, vous serez surpris, étonné, bien accueilli, bien conseillé. Vous débattrez, critiquerez, dégusterez, vous régalerez mais plus important que tout, vous vivrez une expérience et un moment spécial, et c’est bien le principal.

Ci dessous l’Article de Novembre 2019

Localisé à proximité de la place Jules Guesde, au coeur de « South Boulogne » et collé au Trapèze, le restaurant « la machine à coudes » est mon adresse favorite à Boulogne. Dans cette petite salle d’une trentaine de couverts, Marlène accueille toujours avec le sourire, et les changements de chef en cuisine n’ont jamais altéré la qualité des assiettes. On compte notamment parmi les anciens Thomas Benady chez « Orties »désormais ou Jean Baptiste Ascione qui vient d’ouvrir son « Petit Gris » dans le 17eme.

Les formules sont assez simples : Menu Degustation à 58€ (82€ en accord mets et vins) / Menu 4 plats à 35€ (51€ en accord mets et vins). C’est tout simplement pour moi le meilleur rapport qualité-prix de Boulogne. Le menu est imposé, et change toutes les semaines. Vous pouvez donc être un client fidèle, et faire de nouvelles découvertes à chaque visites !

Passionnée de vin, Marlène est intarissable pour vous vanter les vins à découvrir (8€ le verre, prix unique), et j’ai découvert l’existence de la carte des vins que récemment, lui ayant toujours fait confiance auparavant !

Vous l’aurez compris, « la machine à coudes » est l’un de mes coups de cœur à Boulogne, et je vous encourage à y aller au moins une fois vous faire votre propre idée !

Et n’oubliez pas de vous abonner au site et de nous suivre sur instagram pour ne rien rater de nos articles.

Iodé Bistrot marin

Iodé Bistrot Marin

61 Rue Fessart, 92100 Boulogne-Billancourt

MISE A JOUR : OCTOBRE 2020

Apres plusieurs visites depuis mon dernier article, il était temps de vous reparler de Iodé Bistrot Marin. C’est toujours un sans faute sur les produits de la mer, que ce soit les rillettes ou le poulpe grillé. Coté oeuf mayo à la poutargue, vous pouvez voir que l’assiette est moins genereuse qu’il y a 1 an, mais l’association des gouts et la cuisson des oeufs est toujours au top. Coté boisson, une magnifique decouverte avec ce Rully qui nous a épaté !

Conclusion, pour un bol d’air marin, foncez chez Iodé ! On se sent bien dans ce restaurant, et on se régale, que demander de plus, surtout en ce moment ! Allez y !

OCTOBRE 2019 :

Retour pour le déjeuner chez Iodé Bistrot marin après une premiere expérience mitigé tout au début de leur aventure. Et bien force est de reconnaitre qu’il devait être en rodage à l’époque, car ce fut un magnifique repas. Excellents œufs-mayonnaise (mayonnaise maison bien sur !) avec la petite touche marine apportée par la poutargue. Aussi beau que bon, et pourtant je suis (très) exigeant avec les œufs mayo ! La jolie planche rillettes de poissons / bulots / tarama pour nous ouvrir l’appétit sur deux très excellents plats de poissons. Mention spéciale également au service qui fut aux petits soins pendant tout notre repas.

Bref, une excellente adresse coup de coeur, peut-être l’une des meilleures pour les produits de la mer à Boulogne, malgré l’addition assez elevée pour un déjeuner.